Pariez sur le mot de l’année de Merriam-Webster

news world

Source: Pixabay

Chaque année, les joueurs et amateurs de paris tentant leur chance au jackpot dans les casinos en ligne attendent aussi impatiemment de connaître le résultat d'un événément particulier: le mot de l’année. Ce mot permet de résumer dans l’ensemble ce qui a pu se passer durant l’année, qu’il s’agisse du domaine technologique, sociétal ou environnemental. Dans cet article, découvrez quel pourrait être le « Word of the Year » selon l’entreprise américaine de publications de dictionnaires Merriam-Webster, et les cotes proposées par certains casinos en ligne vous permettant de parier sur le terme qui résumera l’année 2020. Ce genre de paris est en vogue dans les casinos online du Canada et de plus en plus de joueurs s'y intéressent.

Qu’est-ce que le « Word of the Year »?

Le « Word of the year », qu’on retrouve souvent abrégé en WOTY, est élu chaque année par différentes sociétés, à travers différents pays. Aux États-Unis, parmi les plus populaires, on peut mentionner la grande American Dialect Society, mais aussi le Collins English Dictionary, et même Oxford. Merriam-Webster fait aussi partie des sociétés de linguistes qui élisent chaque année depuis 2003 leur « Word of the year ». Comme chaque année, les paris sont lancés concernant le mot de l’année. C’est donc le moment idéal d’investir pour ceux qui apprécient de miser sur des événements de société ou pour ceux qui ne peuvent pas miser sur le sport, étant donné l’annulation de grands événements sportifs en cette année 2020 suite au Covid-19.

L’origine du « Word of the Year »

Cette tradition d’élire le mot le plus utilisé et le plus populaire de l’année remonte à l’année 1971, en Allemagne. Il s’agissait à la base d’une publication annuelle allemande par le Gesellschaft für deutsche Sprache qui est devenue régulière dès 1977. Ainsi, un groupe de linguistes indépendants élisait en fin d’année le mot qui avait le plus marqué la société durant les 12 derniers mois. Cette idée a été reprise dans de nombreux pays, souvent par les éditeurs de dictionnaires. Du côté francophone, ce mot était choisi lors du Festival du Mot qui se déroulait en France, et qui a malheureusement été arrêté en 2018. Selon Wikipédia, celui de 2020 a toutefois déjà été choisi, et il s’agit du mot « confinement » lié à la période de quarantaine, que la moitié de la planète a récemment subi ou continue de subir depuis le mois de mars. Certains dictionnaires français élisent aussi leur mot de l’année, ainsi que quelques médias, notamment en ce qui concerne la Belgique.

read news

Source: Pixabay

Merriam-Webster se démarque

Bien que chaque société aux États-Unis souhaite s’affirmer et être à l’origine du Mot de l’année, mondialement, c’est bien Merriam-Webster, une entreprise de dictionnaire similaire à notre Larousse, qui se démarque et qui est régulièrement mis en avant dans les médias autour de la planète. Merriam-Webster est une entreprise qui a été créée en 1831. Le nom initial était G & C Merriam Co. L’entreprise a commencé à publier des dictionnaires après l’achat des droits de An American Dictionary of the English Language en 1843, suite à la mort de l’auteur Noah Webster. Le nom Merriam-Webster a été adopté en 1982. Il s’agissait d’une manière d’honorer les créateurs, Georges et Charles Merriam, et Noah Webster, l’écrivain de An American Dictionary of the English Language.

La sélection du mot de l’année selon Merriam-Webster

Afin de faire une première sélection des mots qui pourront être élus « mot de l’année », Merriam-Webster a analysé pendant les trois premières années les termes les plus recherchés sur son site Internet de dictionnaire en ligne. Cependant, en 2006 et en 2007, l’éditeur a proposé aux visiteurs de son site Internet de participer activement à la sélection des mots qui vont conquérir pour le « Word of the Year » à l’aide de sondages: ils devaient donc choisir un mot sur un ensemble de vingt propositions. Depuis 2008, la sélection est de nouveau faite selon les recherches des internautes. C’est ainsi qu’en 2019, le mot « they » a été élu « Mot de l’année » suite à une augmentation de recherche de 313 %.

Le mot de l’année 2019

Dans la première sélection des mots pour l’année 2019, il est possible de déterminer les événements qui ont fait parler d’eux. Par exemple, le mot « egregious » a été utilisé par des pilotes lors des problèmes liés aux logiciels de décrochage des Boeing 737 Max. De plus, le terme « quid pro quo », qu’on retrouve dans certains textes gouvernementaux américains, a été utilisé lors du scandale entre Donald Trump et l’Ukraine. Il était aussi question du mot « impeach », ou encore « crowdad ». On a pu voir des mots plus courants comme « the » ou « they ». C’est ce dernier qui est devenu le « Word of the Year » 2019. Il a été mis en avant par le chanteur Sam Smith, qui se considère comme non binaire. Cela signifie qu’il ne se sent ni féminin ni masculin. Une définition a donc été rajoutée en novembre 2019 dans le dictionnaire de Merriam-Webster. L’équivalent en français n’existe pas officiellement. Cependant, le mot « iel » a récemment vu le jour, bien qu’il soit nécessaire ensuite de choisir un accord féminin ou masculin, étant donné cette particularité de la langue française. Dans certains casinos online, il est désormais possible de parier sur le mot de l'année, en plus des préoccupations habituelles, telles que le jackpot.

Les cotes pour le mot de l’année 2020

Certains sites de paris et des casinos en ligne ont d’ores et déjà publié les cotes pour l’année 2020. Évidemment, avec la pandémie de Covid-19 et la mise en quarantaine de la moitié de la planète, le mot « COVID-19 » est celui ayant la cote la plus faible avec 1,64. Cette période de l’année a beaucoup marqué les esprits puisqu’on retrouve ensuite les mots « coronavirus » et « social distancing » avec chacun une cote de 3 dans la plupart des casinos online. Viennent ensuite les mots « covidiot » et « self-quarantine » avec une cote de 5. Puis, on peut trouver les mots « pandemic » avec 6, « work from home » avec 8, « isolation » et « zoom » avec des cotes de 10 chacun. La plupart des mots proposés ont donc de près ou de loin un lien avec l’épidémie mondiale présente depuis janvier 2020. Certains mots sortent toutefois du lot comme « climate strike », « election » et « leadership » avec des cotes de 21. Le mot « fortnite » a une cote de 26 dans certains casinos online du Canada.

Le joueur professionnel de roulette Tiger King, la nouvelle cible des paris en ligne