Quel sera le mot de l’année de 2020 ?

news world

Source: Pixabay

On a d’un côté les nouveaux mots qui entrent dans les dictionnaires en raison de leur utilisation massive et de l’autre, le mot de l’année qui est là pour résumer en quelques lettres la situation du monde. Comme chaque année, il est possible de parier sur ce terme dans la plupart des casinos en ligne et il est fort probable que celui-ci ait un lien avec la pandémie actuelle. Dans cet article, vous saurez tout sur le mot de l’année en commençant par son histoire. Vous verrez aussi de quelle manière il est choisi, les mots des années précédentes ainsi que les cotes pour 2020 proposées par les casinos en ligne français. En attendant que le terme soit révélé et que les cotes s’affinent au fur et à mesure du temps, pourquoi ne pas vous lancer sur votre casino en ligne préféré pour essayer de nouveaux jeux et pourquoi pas tenter de remporter le jackpot ?

Les origines du mot de l’année

La première apparition du mot de l’année nous vient d’Allemagne dans les années 1970. C’est seulement en 1977 que ce phénomène devient une véritable tradition. En Allemagne, il est choisi par la Société pour la langue allemande. D'autres pays ont suivi et repris l'idée, comme c’est le cas en France par exemple avec l’entreprise Larousse. Des journaux ont également décidé de faire la même chose. Ce n’est donc pas un, mais des centaines de termes qui sont sélectionnés chaque année. L’idée est de répondre à une question simple : si vous deviez résumer l’année en un seul mot, quel serait-il ?

Comment est choisi le mot de l’année chez Merriam-Webster ?

Internet est une mine d’or en ce qui concerne les informations plus ou moins personnelles qui y sont sauvegardées chaque jour. Il y a des données insignifiantes comme les requêtes effectuées sur les moteurs de recherche qui peuvent être utilisées pour beaucoup de choses. Le Merriam-Webster a d’ailleurs, pendant très longtemps analysé ces informations pour trouver le mot de l’année. En collectant l’ensemble des mots-clés saisis par les utilisateurs et en comptant leur fréquence, il est possible de déterminer quel est le mot de l’année. Les pratiques ont ensuite évolué et l’on doit cela, en particulier, au développement rapide des réseaux sociaux et à l’envie pour les usagers de participer activement à la vie des services qu’ils utilisent. De ce fait, ce sont les internautes qui ont eu pendant un temps la possibilité de voter pour désigner le mot de l’année. Le dictionnaire faisait toutefois une présélection afin d’orienter les individus vers certaines thématiques qui ont fait le buzz pendant l’année. Depuis peu, Merriam-Webster est revenu aux anciennes méthodes. Nous sommes en plein dans l’ère du Big Data où les données sont collectées massivement et sont analysées par des outils de plus en plus performants. L’avis de l’humain n’étant pas aussi objectif que les calculs savants effectués par les algorithmes, celui-ci n’est donc plus requis pour déterminer le mot qui représente au mieux l’année.

read news

Source: Pixabay

Le mot de l’année de 2019

Pour 2019, c’est le mot « they » que le Merriam-Webster a choisi pour illustrer l’année. Le terme a une symbolique forte, car en anglais il désigne à la fois le féminin et le masculin. Dans la francophonie, on utilise deux pronoms pour le remplacer, « ils » et « elles » avec, pour principale règle, que le masculin l’emporte sur le féminin. Les anglophones évitent ainsi la discrimination linguistique en adoptant un pronom qui ne fait référence à aucun sexe ni genre. Aux États-Unis, le « they » est même parfois utilisé au singulier pour désigner une personne non binaire. Beaucoup d’Américains ne souhaitent d’ailleurs pas, quelle que soit leur génétique, être appelés par un pronom caractérisant leur sexe. En 2018, c’est le mot « justice » qui a été sélectionné par l’entreprise, en 2017 c’était « féminisme », et en 2016 c’est « surréaliste » qui a été choisi. Pour en revenir à la manière dont « they » a été désigné, son nombre de recherches a augmenté de 313 % pendant l’année 2019. On peut donc s’interroger sur ce qui a poussé les internautes à rechercher massivement ce mot. La seule piste sérieuse que l’on a est celle concernant le chanteur Sam Smith qui, se sentant non binaire, a demandé à ce que « they » soit utilisé massivement pour parler de lui.

Petite histoire en ce qui concerne l’Oxford Dictionary

En 2015, l’Oxford Dictionary qui propose également son mot de l’année a décidé d’élire non pas un terme, mais un emoji. C’est le visage souriant qui pleure de rire qui a été sélectionné. Le dictionnaire voulait marquer le coup en mettant en avant un élément de langage tout à fait différent de ce qu’il se fait habituellement. Les emojis ou emoticons sont porteurs de sens et leur universalité fait qu’ils sont compréhensibles presque partout. L’expression des sentiments sur Internet fait partie intégrante des discussions. On se souviendra de l’époque de MSN Messenger ou encore des chats IRC lorsqu’ils étaient à la mode. Aujourd’hui, rien n’a changé en ce qui concerne les emojis. Il y en a même de plus en plus afin d’exprimer des sentiments divers.

Les cotes des mots de l’année de 2020 sous le signe du COVID-19

Ce qui à ce jour représente le mieux l’année 2020, c’est la maladie du coronavirus appelée aussi COVID-19. Ces deux termes ont respectivement une cote de 3 et 1,64 dans certains casinos en ligne. Des néologismes ont même été créés, tels que « covidiot » (cote de 5) qui est la contraction des termes « covid » et « idiot » et qui désigne les personnes irresponsables qui ne respectent pas les règles édictées par les autorités sanitaires. Évidemment, ce qui caractérise la situation actuelle à l’échelle mondiale, c’est bel et bien le terme pandémie, avec une cote de 6, mais aussi le mot confinement pour une cote de 26. Le champ lexical en lien avec le virus est important et presque toutes les expressions utilisées en ce moment dans les médias ont droit à une cote. Mais d’autres termes sont aussi présents, on peut mentionner Fortnite (26), élection (21) et même la grève pour le climat (21). De manière générale, les sujets d’actualités sont toujours porteurs et l’appui des médias est un facteur important dans la sélection du mot de l’année. À côté de leur perpétuelle préoccupation qui consiste à espérer gagner un jour le jackpot, les joueurs s'intéressent aussi de plus en plus à ce genre de paris. Faites vos propres analyses si vous souhaitez parier et pour peut-être encaisser un gain auprès d'un casino en ligne français.

Parions sur Tiger King